A LA UNE

Pourquoi les « gilets jaunes » sont, peut-être, plus importants pour l’avenir de la planète -et donc de nos enfants-  que les COP (21, 23), les forums sociaux et autres actions des altermondialistes

Par Bernard Vatrican – le 6/1/19


Ce titre, volontairement un peu provocateur, entend nous sensibiliser à une nécessaire révision de nos priorités.

L’enjeu majeur, aujourd’hui, c’est bien «la fin du monde» – sinon, plus de «fins de mois» !

Au dérèglement climatique s’en ajoutent deux autres : le dérèglement économique et social (les 60 personnes les plus riches de la planète possèdent autant que les 3 milliards les plus pauvres) ; le dérèglement politique (la perte de confiance dans le système représentatif et les élites traditionnelles, avec, comme effet induit, ce que l’on appelle la montée des populismes). Or, les trois sont liés.