Dans la France du début du 21ème siècle, en principe, nos enfants sont scolarisés, toute personne peut être soignée, on ne meurt plus de faim, nous n’avons pas de prisonniers politiques, et surtout, distractions et loisirs sont à portée de main. Mais alors, de quoi se plaint-on ? Ne pourrions-nous pas nous contenter d’un tel monde ?

Revenons quelques années en arrière. Une époque où j’avais fait mienne l’idée de J Attali selon laquelle « les nations allaient devenir des hôtels où l’on poserait provisoirement ses valises ». Un monde peuplé de « citoyens du monde », partageant la même envie de vivre ensemble, un monde où la liberté économique promettait d’apporter définitivement emploi et prospérité pour tous. A cette époque, nous étions tous « progressistes » et les « conservateurs » nous faisaient horreur.

Aujourd’hui, nous connaissons les conséquences de cette vision idéalisée : un chômage de masse dans certains pays, une pauvreté galopante dans d’autres et surtout une interrogation profonde sur les valeurs progressistes qui nous avaient été promises. Nous sommes de plus en plus nombreux à penser que le monde va mal. Nous sommes de plus en plus nombreux à comprendre que ce sont les équilibres profonds de notre vie qui sont bouleversés, et que ce changement se produit sans nous. Et nous avons raison !

Nous vivons une époque où des puissances inhumaines de plus en plus gigantesques – techniques, économiques, religieuses… se dressent contre l’individu. Dans Un peu d’air frais, le roman que Georges Orwell écrit à la veille de la Seconde Guerre mondiale[1], le personnage principal Georges Bowling explique :  » Je ne suis pas un imbécile, mais je ne suis pas non plus un intellectuel. En temps normal, mon horizon ne dépasse pas celui du type moyen de mon âge, qui gagne sept livres par semaines et qui a deux gosses à élever. Et pourtant, j’ai assez de bon sens pour voir que l’ancienne vie à laquelle nous sommes accoutumés est en voie d’être détruite jusque dans ses racines. Je sens que ça vient. Je vois la guerre qui approche et l’après-guerre, les queues devant les magasins d’alimentation, la police secrète et les haut-parleurs qui vous disent ce qu’il faut penser. Et je ne suis pas le seul dans ce cas. Il y en a des millions comme moi. Les types ordinaires que je croise partout, les types que je rencontre dans les pubs, les conducteurs d’autobus, les représentants en quincailleries – tous se rendent compte que le monde va mal ».

Nous voyons bien que d’autres décident pour nous[2], qu’ils se sont déjà écartés de nous et évoluent dans un monde différent du notre. Les membres de cette nouvelle classe, se rêvent «citoyens du monde» mais n’acceptent «aucune des obligations que la citoyenneté dans une forme de cité sous-entend normalement». Ils se sont «retirés de la vie commune et ne veulent plus payer pour ce qu’ils ont cessé d’utiliser[3]».

Un certain nombre de Français ont le sentiment d’avoir sous les yeux le spectacle d’un monde qui leur échappe ; mais ce qui est grave, c’est la résignation avec laquelle ils l’acceptent. Et c’est là le vrai danger qui nous guette. Il n’est ni économique car nos ressources sont énormes, ni démocratique car chacun est libre de voter pour le candidat de son choix. En fait, nous sommes menacés par l’indifférence généralisée à tout ce qui concerne notre vie en commun et en conséquence, nous sommes menacés par une disparition de ce que Renan appelle « la fierté de prolonger des combats qui ont été menés avant moi et pour moi ». Qu’il s’agisse du Brexit, de l’élection de D. Trump, de l’état d’urgence dans lequel nous sommes plongés depuis 2 ans ou encore de la probable présence de Marine Le Pen au 2ème tour de notre élection présidentielle, nous nous habituons à ces situations et y sommes devenus indifférents.

Le « vivre-ensemble », le « pacte-républicain », nos hommes politiques les évoquent sans cesse depuis des décennies sans qu’on en voit une application concrète dans nos vies. C’est à cette histoire commune, et parallèlement à la vie « en commun » que nous devenons indifférents.

Comment reprocher alors à certains immigrés de ne pas s’intégrer quand ils se retrouvent dans un univers sans identité commune ? (à moins de considérer que les supermarchés, les jeux vidéos et l’indécence de certaines émissions télévisées forment notre « identité »). Comment expliquer alors, au-delà des différences culturelles, la réalité de la formidable intégration des générations précédentes lorsque la société ouvrière par exemple voulait encore dire quelque chose.

La culture du marché et celle du progrès ont allié leurs forces pour nous laisser une société fragmentée, dans laquelle les personnes se retrouvent isolées, sans enracinement et souvent indifférentes les unes aux autres. Selon Hanna Arendt[4], quand on arrive à une telle situation, les discours démagogiques deviennent des banalités et ouvrent la porte à toutes les aventures. Nous y sommes peut-être !

Si on veut changer l’ordre des choses, c’est une tâche immense qui nous attend. Nous devons recréer une vie en commun sans laquelle rien ne sera possible. Le combat contre l’indifférence généralisée n’est pas encore perdu. Nous sommes convaincus que beaucoup de Français n’acceptent pas cette situation. Pour mener ce combat nous devons abandonner les vieilles recettes Étatistes ou libérales et construire ensemble un nouveau modèle. Ce paradigme ne peut plus nous être imposé du haut vers le bas, il est trop tard, le mal est trop profond, la situation est trop complexe.

La seule voie envisageable est celle de reconstruire UNE GRANDE SOCIÉTÉ, une société qui repartira des territoires et qui s’appuiera sur l’engagement de tous.

Le cas des migrants de la jungle de Calais en est un parfait exemple. Traité par l’État, cette problématique a coûté des dizaines de millions d’euros, a désespéré les habitants et les commerçants de cette ville, a fait monter le FN et a laissé les migrants dans une situation misérable. Lorsqu’au bout de plus de 10 ans, la décision a été prise de proposer à des villages volontaires, donc à des gens ordinaires, de prendre en charge ce problème, le coût sécuritaire a été quasiment réduit à néant, les migrants ont trouvé un accueil décent et parfois même, un début d’intégration a permis à certains d’entrevoir un avenir en France.

Jusqu’à présent nos dirigeants nous ont laissé à l’écart et nous nous sommes laissés faire par manque de confiance en nos capacités. Nous avons eu tort parce que les problèmes politiques à régler nous concernent dans notre quotidien. Ensuite, nous avons mésestimé nos capacités de bon sens qui sont un atout politique majeur. Mais surtout notre erreur a été d’imaginer que nos représentants politiques avaient une meilleure connaissance des dossiers et plus d’aptitudes pour les traiter. Nous sommes donc dans cette situation parce que nous n’avons pas OSÉ prendre nos responsabilités.

C’est lorsque les personnes vivent réellement, quotidiennement, ensemble dans un même monde qu’une histoire commune prend corps et peut se transmettre. Ce postulat se vit encore dans nos territoires, en particulier dans les milieux ruraux. On comprend mieux alors le décalage énorme entre un certain renoncement à l’identité (qu’on retrouve plutôt dans nos villes), et la toute autre réalité que vivent des millions de gens qui ne sont à l’origine, ni plus fermés, ni plus « beaufs » que n’importe qui, mais qui finissent par le devenir en découvrant quotidiennement le sacrifice de l’identité qu’on leur demande, sous peine d’apparaître réactionnaires, voire fascistes…

Cette reconstruction d’une Grande société parie sur notre bon sens et sur notre capacité à nous engager dès lors que nous comprenons les enjeux. Elle parie sur la capacité des territoires à se réapproprier ce qui leur appartient : le vent, le soleil, la terre, la démocratie, la solidarité, la proximité… C’est une nouvelle forme de « conservatisme ouvert » qui parie sur un projet répondant à ce dont nous avons besoin : des relations sociales, une sécurité économique pour nous et nos enfants, un logement décent et pour les plus anciens une fin de vie digne. Et enfin et peut-être surtout, le sentiment d’appartenir à un monde commun à partager.

Renaud Vignes – mars 2017

 

[1] Un peu d’air frais , Georges Orwell, 1939, p. 210.

[2] https://citizenlab.fr/2017/01/27/un-monde-parfait

[3] The revolt of the elites, Christopher Lasch, 1994

[4] Les origines du totalitarisme, Hanna Arendt, Gallimard 2002

3 commentaires

bernard vatrican

Renaud, je relève une contradiction majeure dans ton texte, ou, plus exactement, une menace de contradiction. Ton analyse est parfaite, profonde, brillante, peut-être encore plus qu’à l’accoutumée… Sauf sur un point où, me semble-t-il, tu te trompes profondément : la société que, comme Orwell, tu crains de voir advenir, ce n’est pas Marine Le Pen qui la porte, c’est Emmanuel Macron ! C’est lui le danger absolu aujourd’hui. Et, à choisir, je préfère 100 fois la première au second !

    Renaud

    Bonjour Bernard, nous ne sommes pas réellement en désaccord. De fait, mais ce n’est que mon avis personnel, je vois poindre trois risques démocratiques.
    1 – Le plus visible est celui de MLP qui revendique une forme de démocrature à l’image de celle de Putin ou d’Erdogan
    2 – Celui qui procède d’intentions louables (et par certains côtés d’une vision du monde pertinente) est celui de la France insoumise. L’enfer étant pavé de bonnes intentions, ce programme ne pourra, hélas, qu’aboutir là encore à une extrême bureaucratisation, et une centralisation de plus en plus forte du pouvoir (logique ultime de la planification qui est ici revendiquée).
    3 – Le plus caché, celui proposé par Emmanuel Macron (mais je ne pense pas par En Marche sur le terrain) qui porte une représentation fantasmée d’une société qui aura remplacé les relations humaines par des relations contractuelles (importance du droit dans son discours) et sera dominée par les fameux administrateurs dont je parle dans « un monde parfait ». Il s’agira-là d’une soumission par le « plaisir » de pouvoir consommer (s’endetter) toujours plus.

    Tu vois donc que nos positions ne sont pas très éloignées. C’est pour ça que Citizenlab propose une autre voie, celle qui est décrite dans notre projet et qui vise à remettre la société civile au coeur même de notre vie publique. Nous posterons prochainement un pdf qui résumera la nouvelle version du projet qui prend en compte les remontées et propositions que nous avons eu depuis la publication précédente.

    Précision importante : ce propos n’engage pas Citizenlab, c’est mon avis personnel en tant qu’auteur du texte « l’indifférrence ».

Thierry

Très beau texte plein de profondeur
Je retiens de ce texte cette belle phrase : « Nous sommes donc dans cette situation parce que nous n’avons pas OSÉ prendre nos responsabilités. »
Je ne sais pas si c’est Macron ou une autre personne le problème car en pensant comme cela on devient des victimes du système. Je pense plutôt que c’est en prenant nos responsabilités en tant que citoyen (en votant, en militant, en se présentant aux élections, en agissant » qu’on reprendra réellement la main.

Poster un commentaire