Mois : octobre 2016

« Sans aucun doute, l’article fondateur de sa campagne et de son projet » CitizenLab

par Roxane Revon, candidate à  LaPrimaire.org

Interview réalisée par Kaï Littmann sur le blog de Médiapart, le 26 octobre 2016


(KL) – Roxane Revon fait partie des candidats qui se présentent à « LaPrimaire.org », cette initiative citoyenne qui désigne un candidat (ou une candidate…) pour les élections présidentielles en 2017. Et cette initiative cause des sueurs froides dans les QGs des partis – presque 70000 personnes se sont déjà inscrites pour cette primaire pas comme les autres et qui se distingue par la fraîcheur des idées et une approche citoyenne à la politique.

Roxane Revon, vous faites partie des derniers 12 candidats de « LaPrimaire.org » et les « choses sérieuses » commencent maintenant avec une primaire qui désignera les 5 candidat(e)s qui passeront donc au deuxième tour décisif. Comment vivez-vous cette campagne avec une énorme présence sur Internet et les réseaux sociaux ?

Roxane Revon : La campagne est très enthousiasmante car j’échange avec des personnes passionnantes chaque jour. Rien que pour cela, mon engagement est joyeux et positif. Certes, ce n’est pas toujours facile, mais il est, aujourd’hui, absolument indispensable que ma génération s’engage. Les partis n’offrent plus la possibilité de mener nombre de débats essentiels et brident souvent les initiatives par des cadres de pensée trop figés. Je ne me reconnais dans aucun parti, comme beaucoup de Français, et j’ai un idéal, celui de redéfinir notre modèle de société en France et en Europe, que je compte mener jusqu’au bout.
Evidemment, il n’est pas toujours facile de jongler entre vie professionnelle et engagement citoyen. C’est pour cela que les réseaux sociaux, mais également tous les outils qui permettent de collaborer en ligne et de travailler en groupe, sont très importants à mes yeux. C’est comme cela que nous construisons un projet collectif, avec des personnes volontaires qui, spécialistes dans leur domaine ou citoyens engagés, souhaitent partager leurs expériences et porter de nouvelles solutions.

On a l’impression que la France entière se politise actuellement – et votre initiative fait certainement partie des raisons de cette « politisation ». Est-ce qu’on peut déjà dire aujourd’hui que « LaPrimaire.org » aura été un succès ?

Le 22 octobre, lors du Café LaPrimaire.org à Paris, Roxane Revon a dévoilé sa vision d’une France unie au cœur d’une Europe refondée. Cette vision s’appuie sur deux axes majeurs.

Tout d’abord, une nouvelle articulation des souverainetés en trois niveaux : les territoires, la Nation, l’Europe  :

  • Car c’est dans les territoires qu’émergent les innovations dont nous avons besoin et les nouveaux modèles de production et de consommation ; que se met en oeuvre la transition énergétique ; que doit se refonder notre système éducatif pour l’adapter à la diversité des élèves.
  • L’Europe  est un projet magnifique et qui n’a jamais autant été d’actualité. Face aux nouveaux empires -économiques ou politiques-, la France seule ne peut rien, l’Europe si !  C’est à ce niveau que se situe la capacité de la France à développer une puissance pour protéger les valeurs, les modes de vie et les intérêts du peuple français.
  • La Nation est le coeur de cette architecture. Elle doit rester le garant de notre histoire, de notre culture , de notre projet collectif et de notre cohérence qui ont donné à notre pays cette singularité dont nous devons être fiers.

Ensuite, une nouvelle répartition des rôles entre notre Etat et la société civile. Au XXIème siècle, le moment est venu pour l’Etat de se faire plus discret, plus stratège et de laisser une place significative à la société civile. C’est dans cette nouvelle pratique politique et sociale que se trouve la source d’un retour de la confiance sans laquelle rien ne sera possible.

C’est à partir de cette vision que Roxane Revon se propose de construire avec les citoyens qui le souhaitent le grand projet politique dont la France et l’Europe ont besoin.

Une interview de Roxane Revon réalisée le 24 septembre 2016. Roxane est candidate à LaPrimaire.org, la primaire citoyenne dont l’objectif est de faire émerger une candidature citoyenne forte pour l’élection présidentielle de 2017.

 

Son dernier article que nous vous invitons à lire sur Médium, la plateforme où elle publie ses écrits :

Extrait :

La politique doit permettre de donner sens aux mouvements du monde et non les cacher ou, pire, les refuser. Une démocratie au XXIe siècle ne peut se satisfaire de traités négociés en secret ou de visions politiques à moitié énoncées à cause de calculs politiques.
Donner du sens passe par un positionnement politique et philosophique sur le rôle que l’Europe, l’Etat et les régions devront avoir dans un monde qui aspire à répondre à des enjeux considérables : le climat, l’énergie, l’économie de partage, la technologie.

Depuis 1950, le commerce mondial a crû plus vite que le PIB : entre 1950 et 2010, le volume des exportations mondiales a été multiplié par 33 quand le PIB réel mondial augmentait d’un facteur 8,6. En d’autres termes, sur cette période, la mondialisation de l’économie est apparue comme l’un des premiers facteurs de la croissance mondiale. La crise de 2008 a changé la donne. Entre 2010 et 2015, le commerce mondial n’a progressé que de 2,7% en rythme annuel. Dans la dernière note publiée par l’OMC, cette organisation estime à 1,7% la croissance du commerce mondial pour 2016 (et entre 1,8 et 3%) pour 2017. Pour la première fois depuis soixante ans, la croissance du commerce international sera inférieure à celle du PIB mondial (estimé à 2,2% en 2016). Dans ce modèle de développement basé sur le libre échange et l’utilisation intensive des ressources naturelles[1] , le chômage, la précarité et les inégalités se sont fortement développés et ce, malgré des politiques monétaires et budgétaires particulièrement extensives.

Au vue de ces observations, comme de nombreux économistes, nous sommes convaincus que ce modèle ne permettra plus à notre monde de voire sa richesse croître de manière dynamique comme ce fut le cas au siècle précédent.

Dans le même temps, nous voyons émerger une nouvelle économie qui repose sur un changement complet de paradigme dans lequel le numérique rend le marché plus productif, davantage basé sur de nouvelles valeurs d’échange et de partage, de réappropriation de l’environnement et de re-territorialisation de l’économie. Issu du mariage entre le digital et l’environnemental, articulé avec l’économie mondialisée (et non pas contre elle), cette nouvelle économie développe de nouveaux modèles compétitifs basés sur les concepts d’écosystèmes locaux, de transition énergétique et d’innovation dans les modes de produciton et de consommation.